jeudi 29 avril 2010

C’est " in qu’d’la marde ! "

Ou "Un petit tour au musée de la « civilisation » de Québec "

Un jour, je suis à Québec avec mes enfants. Il pleut. On va donc faire un tour au musée de la civilisation. On y présente, en grande pompe, l’exposition "l’or des Incas". Bon. Allons voir l’or des Incas.

En entrant dans la salle d’exposition, un cube de plexiglas de 5" par 5", éclairé à l’halogène. Sur un écrin de velours rouge trône une piasse canadienne en or massif d’une valeur d’un million de beaux dollars. Quand je pense que, quand j'étais petit, de nombreux spectateurs refusaient de se lever sur le O canada pendant les games de hockey, ça me donne la nette impression que les québécois sont devenus très tolérants face aux agressions symboliques de ce genre... Bon.. Passons.

De salles en salles, on découvre les propriétés de l’or et ces vertus. Un peu d’histoire bien sûr, quelques artefacts Incas avec ce qu’il faut de demi-vérités historiques pour exposer les grandes lignes du fardeau de l’homme blanc. Au moins dans Tintin y’avait un peu d’action…Soupir...

-Allez hop les enfants.

Tiens, ici un coin sur le Klondike avec des films et des photos d’archives. Mmh... Pourquoi au juste cette expos commencai-je à me demander ? La salle suivante allait certainement m’aider à y voir plus clair. En effet, des postes de télé avec des exposés sur les investissements éthiques, le tout commandité par…Barrick Gold.

Je n’ai pas envie ici d’entrer dans les détails de l'histoire de cette compagnie aurifère « pure canadian style » qui ne fait pas dans la dentelle et qui se trouve avec quelques autres, comme les grandes pétrolières, au sommet de l’art du banditisme de grand chemin et de la destruction à grande échelle.

Par ici les enfants, la sortie est là. Oui ça presse !!! pi tu suite à part de ça !!!

Ouf ! pour ne pas hurler d’avantage ou pour ne pas monter à l’administration pour tordre le cou à quelques conservateurs de pacotilles, je décides d’aller me changer les idées dans une autre exposition, celle-là sur l’environnement. En entrant dans la salle, je constate avec effarement que cette expos est entièrement commanditée par … Alcoa !!! Et quand je dit commandité, je ne parle pas de marketing mais bien de «branding ». La salle au complet est une « expérience sensorielle » « Alcoa » avec tout ces projets « porteurs » et son sens de l’éthique post-moderne de plein pied dans le vingt et unième siècle et blablabla. Tout ça dans un musée financé par nos taxes. Incroyable ! Mes yeux sortent de leurs orbites…

-Et bé les enfants, je pense qu’on va aller faire un tour sur les plaines d’Abraham…
-Mais papa, il pleut à sieaux !
-Bin c’est bon, ça va nous rafraichir les idées…

La semaine prochaine, un petit résumé sur le musée de la marine sur l’ile Ste Hélène et son topo sur la défense des valeurs démocratiques : le USS Maine coulé par les méchants espagnols dans le port de la havane (il faut le faire quand même, un des plus bel exemple de "false–flag operation" de l’histoire) et même sur le 11 septembre et ses magnifiques tours mises en pièces par des demeurés avec des cutters.

Hé les enfants… Vous savez la culture c’est bin important…Euh….Finalement, fuck that, les enfants. Farmé toutt vos livres pi vos tévés. C’est « in qu’d’la marde » comme dirait ma blonde….Allez jouer dewors !!!!Pi fuck la tabarnak de journée de la terre.

(Merci à Swan qui m'a inspiré ce thème...)

lundi 19 avril 2010

La rubrique du chansonnier

Les petites humiliations quotidiennes

Ce jour-là, j’ai un double. Je joue du folklore québécois dans un centre pour personnes âgées en Montérégie pour une activité cabane à sucre. Ensuite , je dois me presser pour aller voir les anciens combattants à Ste Anne de Bellevue. De tous les centres que je fais, ce bâtiment-là est le plus imposant et c’est le seul qui est géré par le Fédéral. Tout rutilant des rénovations majeures dont il a bénéficié dans les dernières années, il domine tout l’ouest de l’île de Montréal. Cet endroit est le seul qui concentre uniquement des vieillards masculins. Je leur joue du Nat King Cole, du Frank Sinatra, du Elvis Presley, du Marlene Dietrich ou du Édith Piaf et vraiment, je suis toujours ému de chanter pour ces derniers survivants de la deuxième guerre mondiale.

Ce soir-là, en introduction, la récréologue, qui est anglophone, me demande de chanter le Happy Birthday. Pas de troub' que je lui dit et je m’exécute. Puis elle m'enjoint de le faire en français. Alors je commence le « mon cher chose, c’est à ton tour ».Aussitôt, je vois ces yeux rouler et elle s’éloigne de la scène pour aller faire autre chose. Comme j’ai commencé, je continue mon refrain sans grandes convictions et enchaîne mon show. Il y’a toujours une bonne quantité de bénévoles féminines pour faire danser nos rescapés de Dieppe.

À la fin, je vais voir la récréologue et lui fait part du malaise que j’avais senti chez-elle. Elle m’explique que les vieux soldats francophones lui ont déjà dit ceci: « This song has been hi-jacked ».

Je n’ai pas eu la force de rectifier les faits, sonné que j’étais par sa réponse. Mais je me reprend ce soir.

Gilles Vigneault a créé Gens du pays en 1976 lors d’une St Jean mémorable. C’était une chanson nationaliste qui comporte des couplets absolument magnifiques (que peu de gens semblent connaitre d’ailleurs) et qui, sous leur couvert vieillots, expriment des idées d’ouverture au monde et de pacifisme tout à fait moderne. Si un Québec indépendant adoptait cette chanson pour en faire son hymne national, le O Canada et la Marseillaise ferait bien pitié en comparaison. La chanson a donc été récupéré par les québécois au quotidien comme chanson d'anniversaire et non l'inverse.

Ceci dit, je comprends que des vieux militaires francophones fédéralistes puissent être rébarbatifs à cette chanson même utilisée comme remplacement au Happy Birthday et d'ailleurs, on ne m’y reprendra plus à cet endroit. Mais, la réaction de ma récréologue m’a semblé symptomatique. Ça semblait dire : Que voulez-vous, il faut bien les tolérer ces francophones avec leur culture fatikante.

Et franchement, j’ai trouvé cela bien humiliant.

Il n'y a rien de pire que de s’hijacker soi-même

mercredi 14 avril 2010

Michel Chratrand (2)

Le capitalisme c’est apatride, a-national, amoral.

Extrait du film "Un homme de paroles" d'Alain Chartrand

Merci à l'ami Gomeux

http://guillaumepaquet.blogspot.com/2010/04/un-homme-de-parole.html

mardi 13 avril 2010

Chartrand

Michel Chartrand est mort.

Les géants québécois de la vielle génération tombent l'un après l'autre. Et ma génération est censé prendre la relève. Mais je nous vois comme des nains sans envergures.

On est occupé à s'occuper des enfants y parait...Peut-être que c'est une révolution qui se prépare pour une prochaine génération et qu'on est en train de fabriquer des enfants parfaits...

En attendant, quand notre unique projet de société, c'est de sauvegarder la santé pi de bien s'occuper de ses enfants, m'est avis que y'en a qui trouvent ça bin correct de même de faire du fric pi de nous tirer le tapis de sous les pieds.

Chartrand disait que ce sont les cinq milles groupes de femmes disséminés sur le territoire qui tiennent la société québécoise à bout de bras.

Il a peut-être raison, mais je suis dubitatif. La soupe populaire, je trouve ça très chrétien, plein de bonnes intentions, mais peu efficace contre les tanks idéologiques qui nous rouleau-compressent. Mais je me trompe sûrement.

Le syndicalisme québécois a louper le coche dans les années 80 avec les clauses orphelins. Quand on voit comment notre voisin américain a détruit ses syndicats, je vois mal comment on va s'en sortir ici.. Mais je me trompe sûrement

Ce soir, je suis en deuil et révolté comme Chartrand mais aussi plein de doutes comme toujours.

Salut Chartrand

jeudi 8 avril 2010

En vrac

On est à radio-can. Un expert des nouvelles technologies explique que le nouveau I-Pod est excellent pour quelqu’un qui veut consommer du contenu…

Dans ma grande naïveté, je n’avais jamais envisagé que je cesserais de lire, de m’informer ou de me divertir pour désormais «consommer du contenu ». On n’arrête pas l’progrès !

************

Budget Bachand ? Non pas entendu parler…Mais je fais des drôles de rêves toutes les nuit.. Je vois des guillotines et des têtes dans un panier : Montmarquette, Fortin, Bouchard, Dubuc, Roy….

************

Entendu éructer quelques fats personnages à Tout l’monde se branle à Paris.Par moment, on aurait dit que Guy A avait organisé un dîner d’con. Cette soirée se passait dans le contexte du scandale d’Éric Zeymour qui a tenu des propos à la limite de la xénophobie la semaine dernière à l’émission d’Ardisson. « Si les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres, c’est parce que la plupart des trafiquants sont Noirs ou Arabes ». Zeymour a prétendu que le sens de ses propos a été détourné au montage. Ardisson poursuit Zeymour en diffamation. Ça met la table, comme on dit, mais au raz des pâquerettes… et encore, c’est insultant pour les pâquerettes.

Voici mes lauréats

3eme position
Thierry Ardisson est venu avec son air contrit jouer son couplet du journaliste repentant qui redonne à la communauté désormais. Oui, j’y crois Thierry.
2ème position
Laurent Ruquier qui travaille avec Zeymour était invité pour provoquer sur le thème de la bonasserie des québécois en opposition avec la « franchise parisienne ». Comme si la France c’était Laurent Ruquier et comme si on pouvait affubler du mot franchise l’arrogance à l’état brut. . Bien trouvé vraiment….Il a ,bien sûr, proféré des lieux communs pitoyables en essayant de se distancier de Zeymour poliment.
Première position
Gibert Rozon est arrivé triomphal. « Les français sont anti-sémites…. Les français sont en retard sur l’amérique sur le plan de « l’ouverture » comme si bien sûr, l’histoire de Zeymour entrait dans la grille du multi-culturalisme totalitaire que nous éructe le bonze de l’humour québécois depuis quelques années. Comme si le racisme de Zeymour, c’était pas d’abord un racisme de classe sociale. Comme si tous les français c’était Zeymour. Comme si les québécois n’étaient pas plus ou moins racistes que les français….

Mon sang n’a fait qu’un tour après quelques secondes à l’entendre débiter de pareilles sornettes …Et dire que c’est lui qui engage les cons….Remarquez le roi des cons, ça lui va bien, c’est juste pour rire…mais c’est sérieux quand même… !!!

Danny Laferrière est arrivée en même temps que Beigbedder et tous les deux furent présentés comme les chouchoux de l’émission. Alors qu’Ardisson prenait tout le plancher et était tout miel pour encenser Beigbedder, Laferrière à lancé à Guy A lepage, « au moins, lui y s’occupe de son chouchou ».

Et là, je sais pas, j’ai eu l’impression que Laferrière touchait en plein dans le mille. L’espèce de servitude de l’écrivain face à l’animateur…comme si il touchait au cœur du malaise de ce genre d’émission. …


***************

Vu sur wikileak, les hélicoptères apaches tirer sur une douzaine de civils non armés et deux journalistes à Bagdad et en remettre lorsque des secours arrivent pour sauver le seul survivant, en tirant sur une camionnette avec à son bord, deux enfants. 14 morts, plus les deux enfants grièvement blessés. Dommages collatéraux de l’imposition de la « démocratie ». À couper le souffle.

http://wikileaks.org/

Ce site a ses racines dans un pays dont la situation politique actuelle me fascine, l’Islande. N’ait pas pu m’empêcher d’admirer la prose posée de son directeur l’Australien Julian Assange.

http://www.youtube.com/watch?v=7sYXppiOteM

****************


Mon frère habite dans Rosemont dans un bloc près de Des Carrières. Cinq arbres immenses embaument la cour arrière, leurs branches pendent au-dessus de la cour d’école adjaçante. Un jour, le propiétaire de l’immeuble reçoit une note de la commission scolaire le menaçant de poursuite si les arbres ne sont pas coupés car ils représentent une menace pour la sécurité des enfants. Ce qui est fait depuis cette semaine. Plus d’arbres…Brrrr…

On arrête pas l’progrès… et le délire sécuritaire…